Islande août 2017 : Hverfisfljot – Djupa, Trollandyngja, Askja.

Je tiens particulièrement à remercier David pour ses bonnes infos qui nous ont permis de randonner dans une zone superbe où je ne serais jamais allé autrement.

7 Mai 2017.

Jacques me propose de repartir. Il me parle de l’Islande.
Je projetais de repartir seul dans les Dolomites en septembre, mais avec une telle proposition !
Août, c’est très court pour se préparer physiquement, mais c’est décidé, on part.

Le projet est vite concocté.
Un certain David m’avait mis l’eau à la bouche pour une boucle qui suit des rivières dans la partie sud.
J’avais toujours bien en tête l’ascension du Trolladyngya.
Avec un passage en voiture à Veidvoetn si nous avions le temps.
Et pourquoi pas en supplément, si on a le temps, un tronçon du Oeskjuvegur menant à Aksja.

William qui semblait intéressé ne sera finalement pas de la partie.
Tandis que pour nous deux, c’est parti !

Je suis vachement content de retourner en Islande. C’est mon 6° passage.

 

Samedi 19/08

Bruxelles – Keflavik en 3H30.

Atterrissage à 13h55 (heure locale -2). Plein soleil.

Après les formalités de prises en charge de la voiture, nous cherchons cette petite Suzuki Jimny de 85 cv. sur le parking. La préposée a été avare en indications dès l’instant où elle n’a pas pu nous vendre une assurance supplémentaire.

Une allemande qui a raté son bus nous demande de la prendre en stop.

Rapides courses à Keflavik et cap immédiat sur Kirkjubaejarklaustur. Nous avons 300 km à parcourir.
Les routes 42 et 417 nous feront éviter Reykjavik.

Arrivé à Hella, Jacques repère son bistrot favori. Quand il s’agit de boire, avec lui, il n’y a pas à discuter. C’est donc un stop obligatoire pour une grande bière.
Très sympa, c’est la stoppeuse qui paiera.

Jacques en pleine drague !

_ACD6109

1° partie :
A David et ses rivières qu’il aime tant.

21h, nous sommes au nord-est de Kirkjubaejarklaustur. Nous parquons la voiture au niveau de Saudavad, le long de la piste qui longue la rivière Hverfisfljot.
Il fait encore clair. C’est sous une petite pluie que nous préparons les sacs.

_ACD6113.jpg

30 minutes + tard nous démarrons.

Très courte étape pédestre de 4,5 km. Nous sommes à côté d’une grange appartenant probablement à la ferme Dalshöfdi.
La prairie est fraîchement coupée. Nous y plantons la tente dans une obscurité grandissante. A 23h il fait tout noir.

_ACD6118.jpg

19-08-2017

Dimanche 20/08

1H30 : une crampe intestinale me fait sortir en urgence de la tente.
J’ai droit à une superbe et gigantesque aurore boréale comme je n’en ai jamais vu. Mais bien entendu pas la possibilité de prendre de photo, sinon…

Au réveil, il n’y a pas un nuage dans le ciel.

_ACD6123.jpg
La mise en route du 1° jour n’est jamais très rapide. 1h30 avant de démarrer.

_ACD6132.jpg

La bête en action :

C’est maintenant que le hors-piste commence vraiment.

_ACD6141.jpg

La rivière Hverfisfljot est à notre gauche. Elle est imposante et coule dans le décor islandais… donc superbe.

_ACD6142

_ACD6144.jpg

_ACD6148.jpg

_ACD6150.jpg

_ACD6161.jpg

_ACD6154.jpg

Tiens, la trace du Petit Poucet. Un biscuit perdu par David ?

_ACD6164.jpg

_ACD6166.jpg

_ACD6174.jpg

_ACD6178.jpg

_ACD6186.jpg

_ACD6192

_ACD6193

_ACD6194

_ACD6197.jpg

_ACD6199.jpg

_ACD6200.jpg

_ACD6213.jpg

_ACD6218.jpg

_ACD6223.jpg

_ACD6226

_ACD6227

Une vidéo :

 

_ACD6238

_ACD6248.jpg

_ACD6254.jpg

_ACD6257

_ACD6261

_ACD6267.jpg

_ACD6280

_ACD6281

Une vidéo :

Il est 13h et nous n’avons parcouru que 6,7 km (2h17 de déplacement et le reste c’est de la photo et de l’observation).

L’Islande c’est superbe par temps gris, alors sous le soleil… On se régale !

_ACD6285

_ACD6295.jpg

Jacques le bienheureux …

_ACD6287.jpg

Au réveil :

_ACD6294

Cette Hverfisfljot est un démon sauvage.
Rivière glacière pleine de cascades et de chutes ainsi que des monstrueux rapides rugissant dans des gorges étroites et encaissées.

_ACD6301.jpg

_ACD6304

_ACD6305

_ACD6310

_ACD6311

_ACD6317

_ACD6312

_ACD6315

_ACD6319.jpg

_ACD6320.jpg

_ACD6321.jpg

_ACD6322.jpg

_ACD6325.jpg

_ACD6326.jpg

_ACD6332.jpg

_ACD6334.jpg

_ACD6337.jpg

_ACD6341.jpg

_ACD6342

_ACD6344

_ACD6346

_ACD6348

Deux petits gués très faciles seront franchis. Il nous faudra néanmoins déchausser.

_ACD6350

_ACD6351

_ACD6352

_ACD6357

_ACD6359.jpg

2° gué.

_ACD6364.jpg

_ACD6366.jpg

_ACD6367.jpg

Jacques cherche la voie…

_ACD6369.jpg

… en danseuse !

_ACD6371.jpg

Après ce petit calme, c’est retour vers le monstre.

_ACD6373.jpg

_ACD6374

_ACD6376

_ACD6362.jpg

_ACD6377

_ACD6378

_ACD6379

_ACD6381

_ACD6382

Une vidéo :

_ACD6384

_ACD6385

_ACD6386

Une vidéo :

_ACD6388.jpg

_ACD6389.jpg

_ACD6390

_ACD6391

_ACD6395.jpg

_ACD6398.jpg

Une vidéo :

 

_ACD6397.jpg

_ACD6403.jpg

_ACD6404

_ACD6406

_ACD6407

_ACD6409

_ACD6412

_ACD6413

18h : nous sommes au bout de cette rivière. Du moins à la dernière cascade, particulièrement violente.

_ACD6414

_ACD6415

_ACD6417

_ACD6418

_ACD6420

Une vidéo :

_ACD6422

Au dessus, la rivière s’étend au loin, plate et relativement calme. Rien ne laisse ici présager d’une telle force, d’une telle puissance !

_ACD6423

_ACD6424

_ACD6426

_ACD6429

_ACD6430

Après un retour sur nos pas de deux km, nous nous retrouvons au niveau du 2° gué, au confluent de la Hverfisfljot et l’Eiriksfellsa.

_ACD6432.jpg

Cette dernière que nous remontons n’est pas tout à fait claire, mais pas grise comme une rivière glaciaire. C’est assez surprenant.

_ACD6434.jpg

_ACD6435.jpg

_ACD6436

Nous suivons, sans aucune difficulté, cette rivière qui prend doucement de la hauteur.

_ACD6437

_ACD6438.jpg
La berge s’élève et, sur un dessus, une vue superbe s’offre à nous.

_ACD6439.jpg
Vue tellement différente que ce que j’ai vu dans le blog de David, que je n’ai pas reconnu l’endroit.
Nous arrivons par l’autre berge et il n’y a pas une rivière, mais deux : une claire et une glaciaire plus petite. Voilà l’explication de cette eau légèrement trouble.

Ce n’est qu’après avoir passé la Brunna (rivière suivante) que j’ai réalisé que c’était l’endroit qui m’avait donné l’envie de randonner dans ce coin.

Peu importe, c’est vraiment beau.

_ACD6443.jpg

_ACD6440.jpg

_ACD6441.jpg

_ACD6448.jpg

_ACD6449.jpg

Nous longeons la rivière claire.

 

_ACD6452

_ACD6457.jpg

_ACD6458

Il est 19h30. Nous sommes devant la Brunna qu’il faut traverser.

David m’avait parlé d’une rivière moins évidente à franchir. C’est elle.

_ACD6460.jpg

Cette rivière glacière n’est pas comparable à la Hverfisfljot, mais reste impressionnante.
Le courant est fort, la profondeur invisible avec cette eau grise. De plus il y a des rapides en aval.
Recherche du passage. La trace de David sera notre fil conducteur. S’il est passé là, c’est que c’est possible.

Ce 3° gué est solide de solide. Facilement 40 m.
Afin de vérifier le passage je fais une 1° traversée sans sac à dos.
A cinq mètres de l’autre bord, l’eau m’arrive presque à l’entre jambe et le courant est plus fort.
J’atteins l’autre berge, et maintenant c’est 1/2 tour avant de prendre son sac et repasser une 3° fois.
Jacques‚ dévêtu du dessous, se fera lécher les fesses par le flux glacial. Il avouera que c’est une expérience plutôt stressante. Il préfère se les faire lécher par autre chose qu’une eau glaciale ! (Haaa, la petite allemande…).

_ACD6461

_ACD6462

_ACD6463

Je fais mon 3° passage et ramasse une crampe en plein milieu ! J’ai bien failli basculer. Sans les bâtons je prenais le bouillon. Merci François !
Quelques centaines de mètres plus loin, sur un tapis de mousse inégal, nous plantons la tente.

_ACD6466.jpg

_ACD6468.jpg
Il est 20h30.
Journée fabuleuse qui s’est étendue sur 20,2 km.
22 h. Jacques dort pendant que j’écris le journal.

20-08-2017.PNG

Lundi 21/08

Nuit excellente. Le tapis de mousse n’y est pas pour rien.

_ACD6470.jpg
Réveil à 7h45. Il fait froid et le soleil est voilé.
Nous aurons ce type de soleil une bonne partie de la journée mais avec des grandes éclaircies.

La 1° partie consiste à franchir de grosses collines pour rejoindre la rivière glacière Djupa.
Le paysage est du classique islandais donnant de beaux panoramas notamment sur le glacier Sidujokull.

_ACD6475.jpg

_ACD6474.jpg

_ACD6476.jpg

Le plein d’eau…

_ACD6477.jpg

Passage entre Vikutorlur et Nupafjallsendi.

_ACD6478.jpg

_ACD6482.jpg

_ACD6483.jpg

_ACD6484

_ACD6485

_ACD6488.jpg

Le terrain est facile. Nous avançons relativement vite.

_ACD6496.jpg

_ACD6497

_ACD6498

_ACD6501

_ACD6502

_ACD6503

_ACD6504

_ACD6505

_ACD6508.jpg

Encore du coton arctique.

_ACD6509.jpg

_ACD6510.jpg

_ACD6515.jpg

12 km plus tard c’est la pause de midi

_ACD6516

Et notre valeureux liégeois fait ses ablutions.

_ACD6517.jpg

Nous sommes au sud de Kalfafells-fjallsendi (position : N64 03 321 – W17 45 189).

Dans le lointain : la Djupa.

_ACD6520.jpg

_ACD6519.jpg

_ACD6526.jpg

_ACD6529.jpg

_ACD6532.jpg

Après une pente de plusieurs km, nous rejoignons les flots grisâtres et monstrueux de la Djupa. Il est 15 heures.

_ACD6536.jpg
Cette colossale rivière vachement puissante est d’un débit nettement plus important que la Hverfisfljot.

_ACD6538.jpg

_ACD6541.jpg

_ACD6546.jpg

Une vidéo :

_ACD6548

_ACD6549

Se dirigeant vers l’aval, nous longeons un canyon spectaculaire avec en point d’orgue le confluent avec une rivière d’eau claire. Superbe beauté de la nature.

_ACD6554.jpg

_ACD6557.jpg

_ACD6559.jpg

_ACD6560.jpg

_ACD6555.jpg

_ACD6561.jpg

_ACD6572.jpg

_ACD6574.jpg

_ACD6577.jpg

_ACD6583.jpg

Une vidéo :

_ACD6580.jpg

Une vidéo :

Une vidéo :

_ACD6588.jpg
Il nous faudra franchir cette rivière claire aux multiples cascades plus belles les unes que les autres.

_ACD6591.jpg

_ACD6592.jpg

_ACD6598.jpg

_ACD6595.jpg

_ACD6597.jpg

_ACD6596.jpg

_ACD6600.jpg

_ACD6601_ACD6605.jpg

_ACD6608.jpg

_ACD6611.jpg

Retour au confluent, mais sur l’autre berge. La cascade apparaît dans toute sa puissance.

_ACD6615.jpg

Une vidéo :

_ACD6617.jpg

_ACD6619

_ACD6626.jpg

_ACD6625.jpg

_ACD6627.jpg

_ACD6634.jpg

Une vidéo :

Nous écartant du monstre et de son bruit, nous suivons la vallée en parallèle avec la Djupa.

_ACD6638.jpg

_ACD6640.jpg

_ACD6642.jpg

Quatre km plus loin, nous quittons cette vallée.

_ACD6644.jpg

_ACD6650.jpg

Une pente bien raide nous fera passer de 360 m à 620 m. Pas de la tarte, surtout pour Jacques qui montre des signes évidents de fatigue. Mais pas de problème, comme à son habitude, il donne l’effort nécessaire avec le sourire. Super.

En haut, la trace de David montrait des zigzags qui laissaient supposer un bivouac possible.
Non, pas là, mais légèrement plus bas oui.
Nous plantons la tente dans un cirque, abrité du vent, à l’ouest de Pverfell.

_ACD6652.jpg

Jacques est un peu cuit. Je dois avouer ne plus être très frais moi non plus !
Il faut dire que la journée a été rude : 7h25 de marche pour 25,5 km bourrés de montées et descentes.

Il est aux alentours des 21 heures. Le temps change. Les nuages se rapprochent, de plus en plus nombreux. Jacques avait vu que pour mardi la pluie était prévue. Cela semble se confirmer.

Deux bons lyophilisés dignes d’un 3 étoiles et une gaufre.
22h20. Jacques ronfle pendant que j’écris.
Notre position : N64 01 387 – W017 42 430
Encore une journée géniale. Merci David.

23h10. Le lion à côté de moi rugit de plus en plus fort.
J’éteins ma lampe. Il est temps de récupérer.

21-08-2017.PNG

Mardi 22/8.

Les nuages, prometteurs de brouillards, qui s’accumulaient hier soir, ont disparu.
Le ciel est parfaitement bleu. Chouette.

Par contre, la tente est bourrée de condensation. Il y a des gouttes qui traversent la toile intérieure.

Pas pensable de replier la tente comme cela. Séchage obligé. Le soleil est bien présent, mais pas un gramme de vent. Cela sèche très très doucement.

_ACD6657.jpg

_ACD6661.jpg

_ACD6664.jpg

_ACD6665

Ce n’est qu’à 10 heures que nous démarrons. La tente est finalement repliée alors qu’elle est loin d’être sèche. 3H20 avant de quitter. Un record !

Après la rude montée finale de la veille, il nous reste à redescendre vers la toute proche rivière Laxa.

_ACD6678.jpg

_ACD6680.jpg

Le mâle dominant !

_ACD6683.jpg

_ACD6684.jpg

_ACD6687.jpg

_ACD6692.jpg

_ACD6694.jpg

Très belle rivière d’eau limpide ponctuée de cascades.

_ACD6697.jpg

_ACD6698.jpg

_ACD6704.jpg

_ACD6705.jpg

_ACD6703.jpg

Nous descendons dans le lit, en ressortons, y revenons.

_ACD6708.jpg

_ACD6710.jpg

_ACD6714.jpg

_ACD6717.jpg

_ACD6716.jpg

_ACD6720.jpg

_ACD6721

_ACD6722

_ACD6723.jpg

_ACD6724

Quel contraste entre cette calme rivière accueillante (du moins en cette saison) et les 2 monstres tumultueux que sont la Djupa et l’Hverfisfljot.

Peu après midi, un endroit propice au lavage s’offre à nous. Abrités du vent, tous les 2 à poil pour se laver avec une eau pas trop chaude. Par contre le soleil chauffe, et il nous en mettra un bon coup dans le visage !

_ACD6727.jpg

Repas dans la foulée.

Jacques et ses sardines.

_ACD6731.jpg

_ACD6732

_ACD6733

Nous ne nous mettons en route que vers 14 heures, avec moins de 6 km à notre actif depuis ce matin.

_ACD6734.jpg

_ACD6737.jpg

Nous ressortons du lit de la Laxa pour ne plus y redescende. Nous la longeons du dessus. Les vues sont spectaculaires. Belle rivière que cette Laxa qui n’est pas sans faire penser à Fjadrargljufur, le long de la F206 qui mène au Laki.

_ACD6745.jpg

_ACD6746.jpg

_ACD6747

Les gorges s’élargissent de plus en plus et finissent par rejoindre la plaine. C’est à cet endroit que nous quittons la Laxa et nous retournons vers l’aval de la Djupa.

_ACD6749.jpg

_ACD6752

_ACD6757

_ACD6759.jpg

_ACD6763.jpg

Ce monstre, avec tous les affluents qu’il a capté, est encore plus puissant. Nous avons droit à encore quelques grosses chutes de cette eau grisâtre et tumultueuse.

_ACD6765.jpg

_ACD6767

_ACD6768.jpg

_ACD6770

_ACD6774.jpg

_ACD6778.jpg

Peu avant la fin, la rivière nous oblige d’escalader une de ces falaises que j’ai si souvent admirés en roulant le long de la N1. Si j’avais su qu’un jour je me trouverais sur un de ces versants.

_ACD6779.jpg

_ACD6781

_ACD6782.jpg

_ACD6783

_ACD6785

_ACD6789.jpg

Il est passé 17 heures quand nous sommes au bout de cette trace fabuleuse.

Une route, parallèle à la N1 bien chargée, nous donne 3 km de tranquillité.

_ACD6790.jpg

Arrivé au moment inéluctable où nous allons nous taper 5,4 km le long de cette N1 très passante, un mobil home s’arrête et un couple d’américains du Colorado nous prennent en charge. Génial. Ils font aussi du trekking.

Sous sommes installés à l’arrière avec les 2 petites filles blondes comme leur mère : Jane et Maguy. Nous aurons même droit à un gobelet de vin rouge.

Quelques minutes après, nous sommes déposés devant la piste où, 3,1 km plus loin, la voiture nous attend.

_ACD6794.jpg

_ACD6795

_ACD6796

22-08-2017.PNG

En mauve 1° jour

En jaune 2° jour

En rouge 3° jour

En vert 4° jour

19 au 22-08-2017.PNG

Aucune raison de s’attarder, nous nous mettons en route vers Kirkjubaejarklaustur. Plein de carburant.
Sous la pression de Jacques, je demande s’il est possible de prendre 2 verres de bière. Le visage du préposé se fend d’un large sourire en me disant qu’en Islande la vente d’alcool est interdite dans les stations-service.

Nous mettons le cap sur le centre de cette petite ville et dans un hôtel, nous faisons notre 1° vrai repas plein de crudités. C’est de là que j’envoie mon 1° mail.

Nous sortons du resto avec un jerrycan de 10 l rempli d’eau potable. Demain nous mettons le cap vers une région ou les rivières d’eau claire ne sont pas légions.

Nous prenons la F206 en direction du Laki, en vue de planter la tente.

La tente est dressée à l’écart de la piste sur une belle étendue d’herbe avec une vue imprenable.

_ACD6798.jpg

22h30 Jacques est aux plumes. J’écris encore pendant 30 minutes.

2° partie : Veidivoetn et Trolladyngja

Mercredi 23/08.

9H, Jacques me réveille. Longue nuit ! Inhabituel !
Plein soleil, 4° jour consécutif de beau temps.

Retour à Kirkjubaejarklaustur pour les courses des 4 jours prochains.
Bien entendu du saumon fumé mais aussi du fromage, du salami, de la bière pour Jacques et… du lait après soleil !
Nous roulons vers Vik en vue de remonter vers le nord par la F208. Les nuages se sont accumulés. Un panneau indique 11°.

La F208 est une très belle piste qui mène notamment à Landmannalauguar. Les nuages disparaissent progressivement. C’est sous un ciel d’un bleu immaculé que nous parcourons cette superbe piste aux nombreux gués.

_ACD6803.jpg

_ACD6804.jpg

_ACD6805.jpg

_ACD6807

_ACD6811.jpg

_ACD6812

Il est largement 13h30 quand, sur un dessus avec une vue imprenable sur le lac Ljotipollur, nous attaquons les 2 baguettes de pain que nous fourrons de saumon fumé. Un délice !
Il n’y a que cette bière islandaise brune et sucrée – Egils Maltextrakt – qui est absolument dégeu et que je laisserai sans aucun regret à Jacques.
Au loin, nous distinguons le camping de Landmannalauguar dont le parking est bourré de dizaines de véhicules.

_ACD6819.jpg

_ACD6823.jpg

_ACD6824

_ACD6835.jpg

Après 109 km de piste nous atteignons le tarmac de la F26. Direction Veidivoetn. Jacques préfère me laisser le volant pour profiter pleinement du paysage. Je le comprends. Il a bien raison.

A la jonction F26 / F228, j’ai une pensée émue pour David qui était là en 2016. Mais pour lui c’était sous une pluie battante alors qu’aujourd’hui c’est plein soleil.

Veidivoetn, encore un endroit issu d’une baguette magique. Un ensemble de lacs variés en tailles et en formes avec des bords tantôt volcaniques tantôt verdoyants. Avec les mouchettes, ce n’est pas sans faire penser à Myvatn, en moins vert.

_ACD6840

_ACD6841

_ACD6844

_ACD6848.jpg

_ACD6851

_ACD6852

_ACD6854

_ACD6858.jpg

_ACD6862.jpg

_ACD6863.jpg

_ACD6868

_ACD6874.jpg

_ACD6875

_ACD6878.jpg

Après un plein à Hrauneyjar et, sous la pression de Jacques, 2 vraies bières, c’est parti pour le Sprengisandur. Jacques est au volant.

Dans son décor brut et aride, cette piste extraordinaire ne me décevra pas, ceci malgré le bon souvenir grandissant au fil des 23 années postérieures à mon 1° passage.

_ACD6883.jpg

_ACD6886.jpg

_ACD6890.jpg

Un Jacques ravi !

_ACD6893.jpg

Le coucher de soleil s’éternise sur le glacier Hofsjokull. C’est magique.

Peu avant d’arriver à hauteur de Nyidalur je vois une piste qui part vers la droite.

Analyse sur la carte et gps… elle passe au sud du glacier Tungnafelljokull et rejoint la F910 sud, non loin du Trolladyngja. De plus elle passe près de 2 sources chaudes. Du neuf… chouette… en route.

Mais un panneau indique que la route est fermée 30 km plus loin. Nous restons sur la F26.

Il est 21h quand nous atteignons le camping de Nyidalur.

Plantage de la tente et préparation du repas avec saumon fumé et la délicieuse vodka islandaise Reyka en entrée. Suivent 2 lyo dont le niveau n’est certes pas équivalent.

A côté de nous, sur la même table du camping, un groupe de tchèques se marrent autant que nous. Echange de quelques phrases en anglais, éclats de rire et troc de liqueur slovaque et tchèque contre de la vodka…

_ACD6894

_ACD6895

A mon avis Jacques à une touche ! A défaut d’allemande on prend une tchèque !

_ACD6896

_ACD6897

22h40 Jacques va dormir et … j’écris.
Il est passé minuit quand je sors de la voiture. Il me semble que ce que je vois dans le ciel pourrait être une aurore boréale.
Rien à voir avec celle que j’ai vue le 19, mais c’en est.
Rien d’extraordinaire, mais quelques photos quand même.

_ACD6900

 

_ACD6918

Jeudi 24/08.

Nyidalur au matin :

_ACD6927.jpg

C’est toujours sous le soleil que nous nous dirigeons vers la F910.
Cette dernière n’étant pas de la petite bière et Jacques n’ayant pas d’expérience en matière de conduite 4×4, je suis au volant.

Encore quelques km sur la F26 puis, sur la droite, s’annonce la F910.

_ACD6928.jpg

Un panneau indique en raccourci que notre petite Jimny n’est pas bienvenue sur cette piste. Il n’y a que les gros véhicules équipés de pneus de minimum 35 pouces qui sont conviés.

_ACD6930

_ACD6930.

Par contre, ce panneau parle de la difficulté du passage dans la Jökulfall river. Cette rivière est pourtant située à l’ouest du glacier Hofsjökull, donc absolument pas sur cette piste. Je n’ai pas compris.
Quoi qu’il en soit, si difficultés il y a, nous aviserons. Je préfère faire demi tour que de planter la voiture.

_ACD6931

_ACD6932

_ACD6933

_ACD6936

_ACD6941

_ACD6943

Trolladyngja en vue :

_ACD6948

23 km plus loin, c’est la bifurcation sur la F910 sud.

_ACD6952

_ACD6956

_ACD6959

_ACD6961

_ACD6966

Nous voyons des traces de vélos sur la piste. Des courageux.

11h, le refuge privé Gaesavotn est en vue.

_ACD6971

Cinq gros 4 x 4 y sont parqués et font l’assistance pour ces cyclistes, pas si courageux que cela finalement.

_ACD6983.

Avec notre petite Suzuki Jimny, nous étions sous les feux de la rampe.

_ACD6976.jpg

_ACD6977.jpg

_ACD6975.jpg

La piste devient plus technique, mais rien de trop compliqué, ni trop difficile pour ce petit véhicule.

_ACD6985

_ACD6986

_ACD6987

_ACD6988

_ACD6990

_ACD6991.jpg

_ACD6992

_ACD6995.jpg

Il y a juste ce que je pensais être le dernier gué. Celui dans lequel il faut rouler dans la rivière pendant une centaine de mètres. Rien de profond. Je me souviens très bien que c’était très facile avec la Hilux en 2006.
Mais aujourd’hui, je suis surpris de voir ce gué beaucoup plus large, beaucoup plus long.

_ACD7000

_ACD7001

_ACD7002

S’y engageant doucement en totale confiance (même une photo en roulant), j’ai la surprise de réaliser que le véhicule s’enfonce et ralenti. Jacques comme passager s’en rend compte aussi.

Plein gaz ! Il s’en serait fallu de peu que nous soyons immobilisés dans ce sable mou, sans matériel pour en sortir. Rien n’est mieux que d’avoir son propre véhicule bien équipé !

Plus loin, encore 2 autres gués dont je n’avais aucun souvenir.

Ensuite, je réalise qu’en 2006 nous étions passés beaucoup plus tôt dans la journée. Ces 2 derniers gués n’avaient pas encore été formés par la fonte du glacier. Tandis qu’aujourd’hui…

_ACD7003.jpg

_ACD7005

_ACD7006

_ACD7008

_ACD7009

_ACD7010

Jacques prend aussi son pied.

_ACD7012

_ACD7020.jpg

Nous sommes maintenant devant le panneau indiquant le sentier de 12 km vers le Trolladyngja.

_ACD7027

A voir ce panneau, on dirait que c’est une direction pour un couple de pensionnés qui vont faire leurs courses quotidiennes.

_ACD7028

Préparation des sacs et repas. Il passe un tout gros 4 x 4 typiquement équipé pour l’Islande et peu après un autre gros, avec une énorme cellule, qui raclera en passant une crête.

_ACD7030

_ACD7035

Provision de vodka pour le sommet…

_ACD7036

L’estomac est lesté, alors en route !

_ACD7037
En fait de sentier il n’y a rien. Il suffit de viser le sommet et de marcher. Nous sommes au sud du Trolladyngja. Il faut aller plein nord.

_ACD7039.jpg

_ACD7040

_ACD7041

Le début est plat et facile. Nous marchons dans du sable et parmi des gros blocs de lave…

_ACD7045

_ACD7046

…dont certains évocateurs et font travailler l’imagination de Jacques !

_ACD7048.jpg

_ACD7049.jpg

La petite colline Skalaralda en lave grise est contournée.

_ACD7052

_ACD7053

 

_ACD7054

Après un passage sablonneux, la montée s’amorce. Rien de bien terrible : du 10%. De plus le sol ne présente pas de difficulté majeure.

_ACD7060

_ACD7061

_ACD7062

_ACD7063

_ACD7066

_ACD7068.jpg

_ACD7071

_ACD7072

_ACD7077

_ACD7078

_ACD7080

_ACD7081

_ACD7082

_ACD7083

_ACD7087

_ACD7088

Un peu de végétation quand même.

_ACD7090

_ACD7091

_ACD7099

_ACD7100

_ACD7103

_ACD7104

_ACD7106

17H30, nous sommes au sommet (1460 m).
Nous avons la surprise de voir un beau cratère +- ovale totalement enneigé. D’en bas rien ne le laissait présager.

_ACD7108.jpg

_ACD7111.jpg

_ACD7113.jpg

_ACD7114

Nous en ferons le tour complet. (2,5 km). Le panorama est au-delà de mes espérances.

_ACD7117.jpg

Plénitude…

_ACD7118

D’est en ouest s’étale la gigantesque plaine chaotique Odadahraun.

_ACD7123.jpg

_ACD7171.jpg

Dans le cratère il y a une double trace de pas. Sur les bords, très peu, mais relativement récentes. Je ne suis pas le seul à avoir été attiré par cette montagne solitaire.

_ACD7126.jpg

_ACD7128.jpg

_ACD7133.jpg

_ACD7136.jpg

_ACD7140.jpg

_ACD7141

_ACD7143.jpg

_ACD7146.jpg

_ACD7149.jpg

_ACD7151.jpg

_ACD7162.jpg

La carte détaillée mentionne un sentier à l’ouest qui rejoint la F910 nord. Sentier aussi invisible que celui que nous avons suivi.

Il est 19 heures. Toujours sous un beau soleil, et après une goulée de vodka Reyka, nous redescendons. Dû au vent, nous ne planterons pas la tente au sommet.

_ACD7156.jpg

_ACD7170.jpg

_ACD7174.jpg

_ACD7180.jpg

_ACD7185.jpg

C’est à 1200 m, sur une belle petite zone sablonneuse et abritée du vent que nous montons la tente.

_ACD7188

Prépa du repas.

_ACD7189

_ACD7190

_ACD7192

Quel que soit le côté où l’on regarde, la vue sur le Vatnajokull et les volcans environnants est superbe, grandiose. Et tout cela dans un silence absolu.

Vendredi 25/08

La nuit a été particulièrement calme. Pas de vent et pas un bruit.

_ACD7195.jpg

_ACD7198.jpg

La lumière matinale rehausse le panorama. Le soleil est toujours au rendez-vous.

_ACD7196.jpg

_ACD7199.jpg

La toile de tente est sèche. Heureusement, car avec ce sable…
Descente dans cette belle lumière.

_ACD7202.jpg

_ACD7205

_ACD7206

_ACD7207

_ACD7208

_ACD7209

_ACD7210

_ACD7211

_ACD7213

_ACD7215

_ACD7220

Le Trolladyngja est dans mon dos. Il y a quelques heures nous étions au-dessus.

_ACD7223

A 10h30 nous sommes à la voiture.

24 au 25-08-2017.PNG

Nous revoici sur la piste F910, 2° partie. Je suis toujours au volant.

Nous doublons le refuge Kistufel.

_ACD7226.jpg

_ACD7228.jpg

_ACD7229

_ACD7230

_ACD7231

La piste s’avère extrêmement cassante. Rien de difficile, mais bourrée de gros cailloux pour lesquels il convient de faire vachement attention afin de ne pas toucher le bas de caisse.
Même en roulant en 1° courte, nous sommes secoués comme des pruniers.

_ACD7232

_ACD7235.jpg

Nous croisons un véhicule peu avant l’effondrement Urdarhals. C’est un gros modèleToyota HZJ78. Je constate qu’il nous prend en photo. Stop. Un allemand solo bien sympa avec qui nous échangerons quelques informations. Lui aussi est sidéré par la beauté de l’Islande.

_ACD7238.jpg

_ACD7237.jpg

_ACD7242.jpg

_ACD7247.jpg

_ACD7250.jpg

_ACD7254

13 heures. Nous sommes devant cette longue plaine humide qui est envahie par l’eau de la fonte du Dyngjujökull. La température montant au fil des heures, l’afflux d’eau est de plus en plus importante. Il est conseillé de passer ce tronçon le matin. Je me souviens qu’en 2006 nous étions arrivés vers 14 heures, et l’eau était présente sur des km. De plus (et pas pour me rassurer) c’était Jean-Luc qui avait le volant en main.

_ACD7255

_ACD7257

Aujourd’hui, les sections inondées sont nettement moins larges. Mais le véhicule est beaucoup plus petit et les pneus plus étroits.
Il faut y aller. Avec l’expérience d’hier, je prends une vitesse indispensable pour ne pas s’enfoncer dans le sable mouillé devenu mou. Nous sommes un peu secoués, mais le passage s’effectue sans problème.

_ACD7259.jpg

_ACD7260

Nous arrivons à la jonction de la piste qui remonte vers le nord (à l’est de Hrimalda) et qui relie la F910 nord au sud ouest d’Askja.
Je pense que nous n’aurons plus de passage avec l’eau mais je me trompe. Cette dernière est déjà arrivée bien bas et coule devant nous. L’eau monte. Les sections mouillées s’élargissent à vue d’œil.
Ce passage sera effectué sans encombre. Je pense que 2 heures plus tard, nous aurions eu des problèmes.

_ACD7261

_ACD7262

_ACD7264.jpg

_ACD7266.jpg

_ACD7267

La piste s’élève, passe dans une vieille coulée de lave recouverte partiellement par les scories. Très doux pour rouler, cela change.

_ACD7269

_ACD7271

_ACD7272

_ACD7274

_ACD7278

_ACD7279

_ACD7280

_ACD7287

Stop midi sur un dessus avec vue imprenable sur Odadahraun et Porvaldshraun devant Askja.

_ACD7290

_ACD7304.jpg

_ACD7309.jpg

Il y a même des rhinocéros.

_ACD7291

Dont voici l’espèce la plus dangereuse !

_ACD7292

Pain, fromage et salami.
Depuis ce matin, nous n’avons parcouru que 28,2 km en 2H33 de déplacement soit 11 km/h en moyenne. C’est dire l’état de la piste.

Au croisement avec la F910 nord nous prenons vers l’ouest.

_ACD7310.jpg

_ACD7313.jpg

_ACD7311.jpg

Je sais que la piste du Dyngjufjalladur, remontant vers Myvatn, est à quelques km sur la droite. On roule, on roule et rien à voir. J’hésite à faire ½ tour. Jacques n’a rien vu non plus. On continue.

Nettement plus loin, une piste non reprise sur mes cartes part dans la bonne direction.

_ACD7315.jpg

Je suis assez perplexe, car en 2006 nous avions longé la petite montagne brune Kattbekingur. Ici nous en sommes assez loin, mais nous nous dirigeons dessus.

_ACD7318.jpg

Nous voyons une voiture qui longe cette montagne. J’ai donc loupé cette piste.

Mais non, arrivés à côté de Kattbekingur, nous constatons que cette piste est maintenant fermée Son entrée par la F910 a été supprimée. La voiture vue : un ranger ?

La piste s’enfonce dans la vaste plaine Dyngjufjalladur. Cette dernière se rétréci progressivement et se transforme en vallée.

_ACD7320.jpg

_ACD7322.jpg

_ACD7323.jpg

_ACD7324.jpg

Nous arrivons à la hutte Dyngjufell, refuge non gardé de 16 places dont les utilisateurs doivent s’acquitter spontanément du paiement à déposer dans une boîte. Il y a du chauffage, de quoi cuisiner et même un peu de nourriture.

Le soleil est toujours présent. Le vent aussi.

3° partie : Askja

Il était prévu de partir demain vers 5 heures et de faire l’aller retour des 33 km le même jour avec un sac léger.

Jacques me dit qu’il préfère partir directement vers Askja plutôt qu’attendre demain.
Il fait encore beau, et demain on ne sait pas. Bien évidemment, partir maintenant, quelques heures avant la nuit, implique de prendre la tente et le reste.
Tous deux, nous préférons porter du lourd par beau temps que du léger par mauvais.

Près de 18 heures, avec 5 litres d’eau chacun, nous nous engageons dans cette longue montée qui nous mènera à Askja. Certaines grosses andouilles du forum « Randonner léger », qui flippent dès qu’ils ont plus de 2 kg sur leur dos, n’ont pas leur place ici !

_ACD7325.jpg

_ACD7326.jpg

Le sentier n’est absolument pas comparable à celui du Laugavegur. Il est nettement moins couru. Dans toute cette longue succession de montées, peu de tronçons sont aisés pour marcher. Nous sommes quasi en permanence sur de la lave AA dont les pierres sont instables et roulent régulièrement sous nos pieds. Il y a matière de regarder systématiquement où nous les posons. Regarder le paysage ne se fait quasi qu’à l’arrêt. Pas trop chouette.

_ACD7330.jpg

_ACD7333.jpg

_ACD7334.jpg

_ACD7337.jpg

_ACD7338.jpg

Quelques passages de névés.

_ACD7340.jpg

_ACD7341.jpg

_ACD7342.jpg

Puis un plat (le col Jonsskard) avant d’arriver au bord de la caldeira.

_ACD7345.jpg

Vue grandiose sur ce cratère de 45 km².

_ACD7347.jpg

C’est dans un vent violent et vraiment froid que nous entamons la descente. Celle-ci est assez raide, soit, mais c’est dans la neige. Je n’ai pas pris les bâtons.
Fort heureusement cette neige n’est pas trop dure. Dans le bas elle est même parfois très molle et mouillée. Marche en alternance sur la neige et dans les scories.

_ACD7351.jpg

_ACD7352

_ACD7353

Les bâtons signalant la piste sont en pleine lave AA.
Pas pensable de les suivre dans ce chaos magmatique impraticable.

Dès lors nous longeons le bord du cratère, foulant en alternance la neige et les scories.

_ACD7354.jpg

L’après-midi touche à sa fin. Il y a 2 heures que nous marchons. Nous sommes à l’affût d’une petite place pour y planter la tente, mais les bords sont soit pentus soit enneigés.
Je me dis que nous n’aurons pas le choix que de planter la tente à Dreki, de l’autre côté du cratère.

Une aubaine s’offre à nous. Un petit espace que Jacques aplanira.

Dans un vent qui n’est pas sans rappeler celui que nous avions eu dans le Laugavegur, nous plantons la tente.
Une grande prudence est de rigueur, car si la toile s’envole, elle sera déchirée sur les blocs de laves acérés.

Elle est montée. Mais avec ce vent violent, tiendra-t-elle ?

_ACD7355.jpg

Jacques a l’idée de mettre des cailloux juste devant dans le tapis de sol afin qu’il ne décolle pas.
Super ! Je renchéris en ramenant plein de blocs de laves que je laisse rouler du dessus. Bref un petit mur partiellement protecteur est monté. Puis… le vent tombe !

_ACD7360.jpg

_ACD7350.jpg

Repas dans la tente. Nous sommes une fois de plus dans un endroit insolite : dans le cratère d’Askja.

_ACD7362.jpg

Samedi 26/8

La nuit a été calme. Pas de vent et, malgré la proximité de la neige, pas froide.

_ACD7367.jpg

Ce matin il fait gris et menaçant.

_ACD7369.jpg

_ACD7370

_ACD7372

Démontage de la tente juste quand le vent se manifeste. A croire qu’il n’attend que cela.

Huit heures et en route. Jamais le temps entre le réveil et le départ n’aura été aussi court.
Nous laissons derrière nous un coin de sol bien tassé et un tas de pierres de laves.

Nous continuons la piste qui suit le bord du cratère. Puis elle bifurque vers le parking d’Askja et continue en pleine coulée de lave AA relativement récente. Une horreur.

_ACD7373

_ACD7375

_ACD7381

Ce dernier tronçon passé, nous arrivons sur le parking d’Aksja que je vois pour la 1° fois (sur 4) complètement déneigé.
Arrivés au col donnant accès au cratère, la vue s’offrant à nous est complètement dégagée de neige. C’est aussi la 1° fois que je vois Askja comme cela.

_ACD7383.jpg

Nous arrivons au bord du lac Viti.

_ACD7384

_ACD7385

_ACD7386

Le soleil se montre par moments. Le sol n’est pas mouillé et j’y descends. C’est vachement raide. Peu après Jacques m’y rejoint. Nous sommes seuls. L’eau du lac est tiède. Il y a un mini geyser et des solfatares.

_ACD7393.jpg

_ACD7389.jpg

_ACD7390.jpg

Remontée…

_ACD7395.jpg

… suivie de la descente jusqu’au cratère le plus récent qui est rempli d’eau : le lac Oskjuvatn.

_ACD7398

Au bout, près de la berge opposée, le petit îlot Askur n’a pas un poil de neige.

Il est 10 heures et nous prenons le chemin du retour.
Une très légère pluie se manifeste.

Sortie du grand cratère par le parking…

_ACD7382.jpg

… puis c’est la traversée de cette horrible coulée de lave principalement AA.

_ACD7401.jpg

Au tiers, je vois des cairns marqués en jaune qui semble se diriger vers l’autre bord du cratère, par là où nous devons sortir. Cette piste semble suivre une coulée de lave lisse beaucoup plus facile pour marcher. Nous changeons de direction.

_ACD7404

Mais, après peu de temps, il s’avère que cette nouvelle piste dévie complètement. Nous devons la quitter et franchir la coulée de lave AA qui est beaucoup plus large à cet endroit.

Longue galère passée à regarder où mettre ses pieds. Chacun suivant une ligne qui lui semblera la bonne. Jacques trouvera un meilleur passage et arrivera bien avant moi au bord du cratère.

_ACD7406.jpg

Nous repassons à l’endroit du bivouac. La pluie a commencé à effacer nos traces. Dans 2 jours les traces de notre bivouac auront disparues.

_ACD7408

La pluie devient plus forte et s’accompagne de vent. La protection pluie s’impose.

Nous marchons d’un bon pas. La montée enneigée, pour la sortie du cratère par le col Jonsskard, est franchie sans problème.

_ACD7409

_ACD7410

_ACD7411

Après le petit plat du dessus, c’est la longue descente dans cette succession de pentes au sol jonché de cailloux instables. Cette fois nous avons le vent dans le dos.

_ACD7414

_ACD7415

_ACD7416

_ACD7417

_ACD7420

Nous sommes à la voiture. A l’occasion d’un peu de rangement je découvre un ticket d’embarquement. C’est celui de l’allemande munichoise dont nous ne connaissions même pas le prénom. Une certaine Theresa Schopfer.

Si quelqu’un la connaît, elle sera certainement contente de voir ce que nous avons fait.

Z_0 DSC01775.JPG

25au 26-08-2017.PNG

15 heures nous mettons le cap sur le lac Myvatn.

_ACD7423.jpg

Le ciel n’est pas engageant.

_ACD7424.jpg

Une dernière photo du Trolladyngja.

_ACD7429.jpg

La piste ouest, vers le refuge Botni, est fermée pour cause de trop de boue et préservation de la nature.
Je me souviens effectivement de cette piste prise en 2006. Les ornières étaient monstrueuses.

Nous prenons donc la piste du nord, plus longue sans asphalte, qui remonte directement sur Myvatn.

Cette piste est particulièrement cassante. Je suis au volant depuis Nyidalur. Il faut vraiment une bonne habitude de conduite car les cailloux sont nombreux, les passages de crêtes aussi et surtout de grosses ornières avec de la boue.
Il convient de ne pas glisser et rester bloqués. Nous n’avons absolument aucun matériel pour se dégager. J’imagine qu’il ne doit pas passer un véhicule par jour ici.

Il nous faudra 3 heures pour sortir enfin de cette piste éprouvante. Nous sommes au sud du lac Myvatn que nous remontons, vers Reykjahlid.

Ce soir c’est restaurant, pour changer de ce lyophilisé qui donne des selles crémeuses à souhait, du moins c’est ce que Jacques me dit. Il a l’impression de chier de la crème glacée ! De plus quand il apprend que je vais mentionner sa réflexion dans le blog, il éclate de rire et ajoute : « C’est la vérité ! »                                                                                 Donc, si vous cherchez un distributeur de crème glacée, vous savez à qui vous adresser !

Nous ne sommes pas trop frais : notre dernier lavage date de mardi (!).
Je me suis rasé et vais voir s’il y a moyen de manger. Je pense que si Jacques, qui n’est pas rasé, avait demandé, cela n’aurait pas été gagné d’avance.
Bref, nous voici attablés devant une soupe de homard et un carpaccio de renne, suivie d’un steak de renne avec sa garniture. Extra.

Sortie du resto vers 22 heures et recherche d’un endroit pour y planter la tente en direction de Dettifoss.

La piste que nous prenons est interdite au camping. Arrivés au bout, à l’intersection avec une route macadamisée (non reprise sur mes cartes), il n’y a aucun panneau d’interdit dans l’autre sens. Retour sur cette piste et non loin, nous plantons la tente dans un vent fou, une fois de plus.

Dimanche 27/8.

Soleil et nuages. Il fait bon.
Jacques dort encore. Je continue le journal.

_ACD7430.jpg

Une fois encore, démontage par grand vent.

_ACD7435

La tente est sèche. En route vers Dettifoss. C’est Jacques qui conduit.

Nous empruntons cette nouvelle route, inconnue sur mes cartes. Mais alors que Dettifoss devrait apparaître rapidement, j’ai le sentiment que l’on s’en éloigne. Effectivement nous ne sommes pas à l’endroit que je pensais. Nous sommes partis dans la mauvaise direction.

Nous voici devant Dettifoss. La dernière fois en 2006, ce n’était pas du tout aménagé. Maintenant il y a un parking, des sentiers balisés, des belvédères, et plein de monde.

Detifoss.

_ACD7438.jpg

_ACD7437.jpg

Une vidéo :

Encore une vidéo :

Selfoss.

_ACD7443.jpg

_ACD7447.jpg

_ACD7446

Jacquesfoss.

_ACD7444.jpg

Jacques voulant tout voir (avec raison), nous y resterons presque 1h30.
C’est sous un ciel qui se charge de nuages que nous quittons ce site vers 11h30.

Nous rejoignons la 85. Après un petit tour dans le parc national Asbirgy, nous remontons vers le nord, en vue de faire le tour de la péninsule Melrakkasletta  (plaine du renard Arctique).

Rien de bien terrible à voir dans la 1° partie.
Stop pour midi à une quinzaine de km au nord de Kopasker.

Comme d’habitude : saumon, saucisson et fromage, mais avec cette fois-ci un dessert au nom évocateur.

_ACD7453.jpg

Vue sur la mer et la colline Gelta dans le dos. Jolie petite plage couverte d’algues avec une eau limpide.

_ACD7455.jpg

_ACD7457.jpg

_ACD7459

C’est à partir de là que les vues deviennent vraiment très jolies.

Vers 16h, nous faisons un stop dans ce village du bout du monde qu’est Raufarhofn, le village le plus septentrional d’Islande.

_ACD7467.jpg

Deux bières – Jacques oblige – dans un établissement assorti au village.

_ACD7469

_ACD7471

A l’entrée du village, nous avions vu un genre de mémorial édifié (si j’ai bien compris) en souvenir d’une légende.

_ACD7463

_ACD7466

Puis, sud ouest, c’est la descente vers Porshofn, Bakkafjordur et Vopnajordur.

_ACD7472

_ACD7473

_ACD7474

_ACD7475

_ACD7477.jpg

_ACD7479

Retour sur la N1 en direction de Reykjahlid.

La lumière et les nuages nous donnent de superbes vues.

_ACD7480

_ACD7481

_ACD7484.jpg

_ACD7492.jpg

_ACD7491.jpg

_ACD7494.jpg

Une cinquantaine de km plus loin, Jacques avise une jeune femme qui semble en difficulté. Elle fait du stop dans le sens que nous suivons, mais elle est de l’autre côté de la route (!).
C’est une panne d’essence. Un peu de place sur la banquette arrière et cette américaine volubile est embarquée. Elle était super contente d’être véhiculée jusqu’à une pompe, mais peut-être aussi très contente de quitter la voiture occupée par 2 pas lavés depuis 7 jours.

Nous sommes de retour à Reykjahlid. Nous avons failli être à court de carburant nous aussi.
Retour au même restaurant qu’hier où nous prenons un assortiment de poissons, spécialités islandaises.
Bien mais loin d’être raffiné. Aucune comparaison avec le délicieux repas d’hier. Mais par rapport à un lyo 3 étoiles…

Après le resto, c’est le retour sur la N1 en longeant le lac Myvatn par l’ouest, vers le sud.

C’est près de Godafoss, le long de la 844 que nous trouverons une place pour y dormir. Pas de vent pour une fois.

_ACD7496.jpg

La pluie tombera vers 5 heures.

Lundi 28/9.

8h30. Nous passons à Godafoss. Là aussi c’est un parking et du macadam. Même à cette heure matinale il y a déjà des touristes.
Un panneau le long de la N1 affiche le T° : 13°.

La pluie, cela nous change !

_ACD7499.jpg

Akureyri : quelques courses souvenirs pour Jacques, achat de saumon et fromages, puis attente de quelques minutes devant le magasin d’alcool qui n’ouvre qu’à 11 heures.
Jacques désire ramener une bouteille de vodka Reyka et il n’est pas sûr que le free shop de Keflavik sera ouvert cette nuit.
Prix de la bouteille : 8799 alors qu’il a payé au free shop 3509 ! (pour info, 1,00 = 116 couronne islandaise).

Passé Blonduos, le long de la route 722, nous faisons notre 2° ablution de ces 10 jours, dans un petit ruisseau bien froid.

Un Jacques tout propre…

_ACD7504.jpg
Peu après, sur la N1, c’est le stop pique nique.

Passage par la jolie localité de Borgames. Nous recherchons en vain la distillerie de la vodka Reyka.

Nous suivons les routes 53, 508, 520 et 47 dans le beau fjord Hvalfjordur.

Retour sur la 1, passage sans s’arrêter par Reykjavik (T° = 7°) et cap sur Krysuvik et ses solfatares.

_ACD7507

Un Jacques hilare dans les fumerolles.

_ACD7509

_ACD7516

Quelques vidéos :

Repas non loin du site, dans un entrepôt en partie ruiné.
Préparation des sacs et cap sur Keflavik.

Retour du véhicule (2050 km)

Demain 29, nous décollons à 6H15.

Ces 10 jours sont terminés, passés dans des décors exceptionnels, et avec une grosse dose d’éclats de rires.

Vivement la prochaine rando !

 

Une bière s’il vous plait !

_ACD6100

Ouf cela va mieux !

_ACD6101

Ça vient cette rando !

_ACD6102

Des sardines !

_ACD6731

Encore des sardines !

_ACD7034

Une bière s’il vous plait !

_ACD7470.jpg

On le suit à la trace !

_ACD7043.jpg

Enfin, l’air va être respirable dans la voiture !

_ACD7505

_ACD6729.jpg

Vide malheureusement !

VODKA REYKA.JPG

Préparation des rations quotidiennes :

PREPARATION DES RATIONS JOURNALIERES.JPG

 

Quelques chiffres :

Hverfisfljot – Laxa – Djupa

1° jour le 19/08 : en mauve.

21H25 DEBUT DE LA RANDO
22H29 FIN DE LA RANDO
4,5 KM
0H58.43 de déplacement
0H05.42 pause
Moyenne de déplacement : 4,6 km/h
D+ = 95 m
D- = 11 m

19-08-2017

2° jour le 20/08 : en jaune.

9H15 DEBUT DE LA RANDO
21H13 FIN DE LA RANDO
20,2 KM
6H09 de déplacement
4H19 pause
Moyenne de déplacement : 3,28 km/h
D+ = 713 m
D- = 475 m

 

20-08-2017

3° jour le 21/08 : en rouge.

21/08/2017 JOUR 3
9H06 DEBUT DE LA RANDO
21H51 FIN DE LA RANDO
25,5 KM
7H35 de déplacement
3H30 pause
Moyenne de déplacement : 3,36 km/h
D+ = 1063 m
D- = 832 m

21-08-2017

4° jour le 22/08 : en vert.

10H DEBUT DE LA RANDO
17H39 N1 et pris en stop
18H29 FIN DE LA RANDO
27,7 KM – 5,8 km en voiture
5H17 de déplacement – 5 minutes en voiture
? pause
Moyenne de déplacement à pied : 4,21 km/h
D+ = 260 m
D- = 850 m

22-08-2017

19 au 22-08-2017

Trolladyngja

6° jour le 24/08 : en turquoise.

14H14 DEBUT DE LA RANDO
20H47 FIN DE LA RANDO
13,8 KM
3H57 de déplacement
1H34 pause
Moyenne de déplacement : 3,48 km/h
D+ = 578 m
D- = 390 m

7° jour le 25/08 le matin : en turquoise.

8H37 DEBUT DE LA RANDO
10H30 FIN DE LA RANDO

 

INFOS MONTEE ET DESCENTE
21,1 KM
5H38 de déplacement
1H49 pause (hors nuit)
Moyenne de déplacement : 3,7 km/h
D+ = 649 m
D- = 645 m

24 au 25-08-2017

Askja

7° jour après-midi le 25/08 : en turquoise.

17H49 DEBUT DE LA RANDO
20H15 FIN DE LA RANDO
9,8 KM
2H31 de déplacement
0H29 pause
Moyenne de déplacement : 3,9 km/h
D+ = 660 m
D- = 181 m

8° jour le 26/08 : en turquoise.

8H04 DEBUT DE LA RANDO
14H39 FIN DE LA RANDO

INFOS ALLER RETOUR
32,9 KM
8H08de déplacement
1H pause
Moyenne de déplacement : 4,0 km/h
D+ = 1148 m
D- = 1122 m

25au 26-08-2017

Publicités

2 réflexions au sujet de “Islande août 2017 : Hverfisfljot – Djupa, Trollandyngja, Askja.”

  1. Tu commences à bien connaître l’Islande. Quant aux photos, même si je sais que tu les réussis en général, elles restent toujours époustouflantes

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s